2021-2022

Pôles et extrêmes en H/histoire

Mercredi 24 novembre 2021 de 16h30 à 18h30

Célia Mugnier (Litt&Arts – UGA) : De la Révolution bolchévique à la chute de l’URSS (1917-1991) : d’un extrême à l’autre dans les anti-utopies post-soviétiques..

Viktoriia Rybina (ILCEA4 – UGA) : Entre l’amour et la haine : relations intercommunautaires à travers les jeux videos.

L’extension à grande échelle des médias sociaux, avec ses fameuses chambres d’écho, semble avoir contribué à une polarisation de l’espace médiatique entre des tendances politiques opposées et apparemment irréconciliables. Parallèlement le rôle de la nuance devient de plus en plus insaisissable lorsque c’est la différence et la distance qui dominent. Cette séance interrogera la nature et l’impact de ses pôles ainsi que leurs représentations dans l’histoire et les histoires.

La séance s’inscrit dans le cadre de l’axe transversal “Politique, Discours, Innovation” de l’ILCEA4.

Contacter la responsable : jessica.small@univ-grenoble-alpes.fr

La musique dans les arts écrits et visuels

Jeudi 27 janvier 2022 de 16h30 à 18h30

Charlotte Blanchard (ILCEA4/CERHIS – UGA) : La Guerre Civile espagnole en chanson : ‘’Justo’’ de Rozalén par le groupe rock Reincidentes et les bandes dessinées d’Antonio Hernández Palacios.

Simon Albertino (ILCEA4/CESC – UGA) : Entre sciences et art : la musique du Village dans la tabatière de Vladimir Odoïevski.

Léa Soupé (ILCEA4/LISCA – UGA) : L’influence de l’oeuvre de Jean-Michel Basquiat sur le rap nord-américain.

Si la musique est présente dans l’Hstoire depuis des temps immémoriaux elle constitue également un élément déterminant du discours et de la création culturelle. Moyen d’expression, de communication, de récréation ou simple accompagnement, elle peut constituer tant un outil politique qu’un motif littéraire. Mais la musique met également en son ses propres histoires par des moyens qui lui sont spécifgiques -chant, rythme, mélodie etc. Au cours de cette séance nous nous intéresserons à la façon dont la musique s’insère et opère dans le récit, le discours filmique et les créations visuelles en général.

La séance s’inscrit dans la continuité d’événements scientifiques précédents de l’ILCEA4 et en particulier des colloques “Poésique”, dans le cadre de l’axe transversal “Création culturelle et territoire(s)” de l’ILCEA4.

Contacter la responsable : silvie.ricouard1@univ-grenoble-alpes.fr

Pouvoir et punition

Jeudi 17 février 2022 de 16h30 à 18h30 (salle G203, Bâtiment Stendhal)

Jessica Small (ILCEA4/LISCA – UGA) : Introduction à la « Théorie de la prison de Manus » : ses origines, ses perspectives et ses applications.

suivi de

La punition des innocents : analyse de représentations littéraires de la détention des
demandeurs d’asile à travers la « Théorie de la prison de Manus ».

Les mécanismes de pouvoir et de punition n’ont cessé de s’exercer depuis les temps les plus anciens jusqu’à nos jours. Qu’ils fassent partie de récits fictifs ou historiques, ces mécanismes suggèrent un rapport d’autorité bien souvent unilatéral, dans lequel l’individu puni n’a que difficilement son mot à dire. À première vue, la punition sert à contrebalancer une faute commise : elle prive et sert d’exemple aux autres. Cependant, l’Histoire nous a montré que la punition n’avait pas nécessairement pour but de corriger les mauvais comportements : il arrive par exemple que celle-ci soit formulée davantage pour asseoir un pouvoir en place, et donc servir des intérêts personnels. De l’adulte à l’enfant, ou de l’institution au prisonnier, cette séance de séminaire propose de s’intéresser aux rapports entre pouvoir et punition, leur légitimité et leurs représentations.

La séance s’inscrit dans le cadre de l’axe transversal “Politique, Discours, Innovation” de l’ILCEA4.

Lien de connexion par Zoom : https://univ-grenoble-alpes-fr.zoom.us/j/94538468350?pwd=STByVlQvT09OSnA0bG12VkpHRWRLQT09

ID de réunion : 945 3846 8350
Code secret : 104458

Contacter le responsable : simon.albertino@univ-grenoble-alpes.fr

Représentations de la sexualité et du genre

Jeudi 31 mars 2022 de 16h30 à 18h30 (salle G203, Bâtiment Stendhal)

Katia Tarasyuk (ILCEA4/CESC – UGA) : De la sexualisation à la désexualisation du corps maternel dans la prose féminine contemporaine russe.

Mariette Lalire (ILCEA4/LISCA – UGA) : Derrière la “tentatrice” se cache une jeune femme apeurée, déconstruire la liaison Clinton-Lewinsky à travers American Crim Story: Impeachment.

Camille Marion (ILCEA4/LISCA – UGA) : La représentation de la féminité dans le projet Maids for Wives de la Virginia Company (1619-1621)

Les thèmes de la sexualité et du genre connaissent depuis quelques années un regain d’intérêt important. Leur rapprochement avec le concept de « minorités » a notamment permis l’apparition de nouveaux débats et questionnements, aussi bien dans la sphère scientifique que culturelle, sociale ou politique. Il demeure que ces thématiques ne peuvent pas être réduites à cette seule problématique, et que leur portée dépasse de loin le sujet seul des minorités. L’année précédente, le séminaire Histoire & histoires avait proposé une séance centrée autour du thème des minorités et de leurs représentations. Cette année, nous proposons de nous écarter volontairement de ce sujet pour nous pencher sur les thèmes de la sexualité et du genre dans toute la globalité qu’ils impliquent, au travers de leurs représentations dans le discours fictif et historique.

La séance s’inscrit dans le cadre de l’axe transversal “Création culturelle et territoires” de l’ILCEA4.

https://univ-grenoble-alpes-fr.zoom.us/j/98359289265?pwd=cEJUZjJ1bTVqR2g2WXNKdU5EdlRrZz09

ID de réunion : 983 5928 9265
Code secret : 421788

Contacter le responsable : simon.albertino@univ-grenoble-alpes.fr

Vide

Jeudi 16 juin 2022 de 16h30 à 18h30 (salle G203, Bâtiment Stendhal)

Daria Terebikhina (ILCEA4/CESC – UGA) : Vivre dans le vide : les non-lieux dans le récit autobiographique des écrivains de l’émigration russe.

Sarah Daniel (ILCEA4/GREMUTS – UGA) : Le vide et la fidélité : l’omission comme stratégie de traduction des métaphores.

Qu’il s’agisse d’une page vide, d’une pièce vide, ou d’un silence, l’absence de contenu dérange, en particulier lorsqu’elle survient au moment où on ne l’attend pas. Le vide crée un malaise, il suscite l’attente, le manque, et appelle à être comblé d’une manière ou d’une autre. À force de nous répéter que la nature a horreur du vide, notre regard s’en détourne, le prend pour acquis et l’oublie au profit de ce qui est là pour l’effacer. Pourtant, le vide est éloquent, il dispose d’un sens ainsi que d’un usage, et ce n’est pas parce qu’il n’y a rien que l’on ne peut rien en dire. Cette séance vise à questionner la notion de vide à travers ses représentations littéraires ainsi que ses emplois discursifs.

La séance s’inscrit à la croisée des axes transversaux “Création culturelle et territoire(s)” et “Politique, discours, innovation” de l’ILCEA4.

Contacter le responsable : simon.albertino@univ-grenoble-alpes.fr